Fortissimus | Les objets

De l'époque de Louis Cyr, il ne reste que quelques objets parmi lesquels on retrouve deux pièces dont la valeur patrimoniale est inestimable. Il s'agit de la ceinture remise par la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal ainsi que la chaise berçante, cadeau de la Ville de Montréal.

De nombreux artefacts ayant appartenu à Louis Cyr, tels des ceintures honorifiques, des médailles, une canne sculptée, des documents manuscrits incluant des cartes postales portant sa signature, des photographies d'Émiliana, sont aujourd'hui introuvables. De tous ces objets, quelques-uns ont été vendus lors de l'encan de la succession Cyr tenu en août 1987 à l'hôtel des encans de Montréal et autorisé par le docteur Gérald Aumont, un des trois petits-fils de Louis Cyr.

C'est au Musée Louis-Cyr de Saint-Jean-de-Matha que sont conservés les quelques objets qui ont survécu au passage du temps, à l'exception toutefois de la chaise berçante, dont l'histoire est autre.

 


Photo : Hélène Leclerc


Archives : Serge Joyal

La malle de voyage de Louis Cyr, en bois et en cuir. Elle est munie d'un système triple de verrouillage. Louis Cyr l'utilisait lors des tournées de la Cyr Brothers.

Un des lits qui meublait la seconde résidence de Louis Cyr à Saint-Jean-de-Matha. Il a été vendu lors de l'encan de la succession Cyr à Montréal, en août 1987.

 

 


Photo : Hélène Leclerc


Photo : Hélène Leclerc

Ce portemanteau se trouvait dans le hall d'entrée de la seconde résidence de Louis Cyr à Saint-Jean-de-Matha. Le meuble, en chêne fumé du Canada, combinait la fonction d'accrochage, de siège, de coffre. Il était agrémenté d'un miroir.

Une des horloges murales de la seconde résidence de Louis Cyr, à Saint-Jean-de-Matha, habitée par ce dernier de 1906 à 1912.

 

 


Photo : Hélène Leclerc


Photo : Hélène Leclerc

Une partie des haltères à sphères de Louis Cyr, coulés dans diverses fonderies du Québec, de Lowell et de Boston, Massachusetts. Le plus lourd de ces haltères, d'un poids de 252 livres, était muni de deux écrous par lesquels on pouvait verser de la grenaille de fer.

La ceinture FORTISSIMO, remise à Louis Cyr par la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, le 2 novembre 1889. Elle fut longtemps exhibée au Centre Marcel-de-la-Sablonnière (Immaculée-Conception), avant d'être remise au Musée Louis-Cyr de St-Jean-de-Matha en juillet 2002.

 

 


Photo : Paul Ohl

L'historique chaise berçante de Louis Cyr, cadeau de la Ville de Montréal et du maire James Mc Shane. Elle fut remise à Louis Cyr en 1892, en hommage à ses exploits en Angleterre. Vendue lors de l'encan de la succession Cyr à Montréal, en août 1987, elle fut retracée le 31 janvier 2004 par l'écrivain Paul Ohl, auteur de la biographie officielle de Louis Cyr.

Au cours de sa glorieuse carrière de plus de vingt ans, Louis Cyr a utilisé plusieurs cartes d'affaires. Les plus connues furent celles qu'il distribuait lorsqu'il était le protégé de Richard Kyle Fox, le propriétaire du Police Gazette de New York, et que ce dernier avait organisé le séjour de Louis Cyr en Angleterre.

 

 

Pendant une courte période, entre mars 1906 et mars 1907, Louis Cyr et Hector Decarie utilisaient une carte à l'endos de laquelle étaient imprimés plusieurs records de Cyr. Le gérant des deux hommes en tournée dans l'État du Massachusetts était un ami de longue date de Louis Cyr, le photographe J. O. Champagne, qui exerçait sa profession à Lowell, Massachusetts.