Fortissimus | Circuit touristique

Pour l'essentiel, la vie de Louis Cyr s'est déroulée entre Saint-Cyprien-de-Napierville; Lowell, Massachusetts, USA; Sainte-Cunégonde de Montréal; Montréal et Saint-Jean-de-Matha. Toutefois, par nécessité professionnelle, il a parcouru, entre 1883 et 1906, des dizaines de milliers de kilomètres, en charrette à poche, en bateau, en train, passant en Angleterre, au Pays de Galles, dans plusieurs provinces canadiennes et dans plus de vingt états américains.

Nous vous proposons ce circuit touristique Louis Cyr.

ÉTAPE 1

SAINT-CYPRIEN-DE-NAPIERVILLE, Québec, Canada

Cette municipalité de paroisse encercle Napierville. D'une population de quelques 1 500 habitants, elle est située au sud-ouest de Saint-Jean-sur-Richelieu, sur la rivière l'Acadie. Les registres de paroisse furent ouverts en 1823 et la municipalité fut constituée en 1845.

Louis Cyr y naquit le 10 octobre 1863, dans la ferme paternelle alors située sur le lot 633, sur le Chemin de Burtonville, côté nord-est.

ÉTAPE 2

LOWELL, Massachusetts, États-Unis

Louis Cyr séjourna à Lowell de 1878 à 1882, travaillant notamment à la Suffolk Manufacturing Co, l'une des nombreuses usines de la capitale américaine du textile de 1840 à 1900.

Située dans le Massachusetts, à quelques cinquante kilomètres au nord-ouest de Boston, Lowell est un véritable musée à ciel ouvert. Les anciennes usines en briques rouges, la plupart restaurées, témoignent du formidable passé manufacturier de cette ville nommée en l'honneur de l'industriel Francis Cabot Lowell. L'héritage francophone de Lowell se retrouve essentiellement dans le nom des rues. En auto, prendre la direction de Stanstead (frontière canado-américaine), dans les Cantons-de-l'Est, puis les autoroutes 95 et 93, en passant par le Vermont et le New Hampshire.

Le Boot Cotton Mills Museum de Lowell, un incontournable, entretient aujourd'hui encore, les métiers à tisser de l'époque et présente des expositions interactives sur la grande époque américaine du textile.


Photo: Paul Ohl


Photo: Hélène Leclerc


Photo: Hélène Leclerc

ÉTAPE 3

MONTRÉAL, Québec, Canada

C'est à Sainte-Cunégonde (avant l'annexion de celle-là à Montréal en 1905) que Louis Cyr se fit connaître par ses exploits. D'abord comme membre de la force constabulaire de Sainte-Cunégonde (1883-1885), puis comme homme fort.

Voici un itinéraire qui pourrait prendre l'allure d'une randonnée pédestre métropolitaine.

  • Le 190 boulevard Saint-Laurent. C'était l'emplacement du Lambert House, la taverne où Louis Cyr rendit une visite mémorable à Gus Lambert, son premier promoteur.

  • Le 749 rue Notre-Dame (anciennement rue Saint-Joseph). Louis Cyr y tenait un hôtel et un club athlétique en 1886.

  • La rue Workman, une rue au nord de Notre-Dame, entre Vinet et la rue des Seigneurs. Louis Cyr y fut victime d'une tentative d'assasinat en septembre 1885, alors qu'il y effectuait une patrouille policière en compagnie du constable Charles Proulx.

  • Le 719 rue Sainte-Catherine Est. C'était la résidence montréalaise du docteur Zénon Maxime Aumont, le gendre de Louis Cyr. Ce dernier y est décédé, le dimanche, 10 novembre 1912.

  • Le 1198 rue de la Visitation, situé entre le boulevard René-Lévesque Est et la rue Sherbrooke Est. Ce fut la résidence de Émiliana Cyr et du docteur Zénon Maxime Aumont, entre 1913 et 1928 (dans le cas de Émiliana Cyr), entre 1913 et 1947 (dans le cas du docteur Aumont).

  • L'église Saint-Pierre-Apôtre, située au coin du boulevard René-Lévesque Est et de la rue de la Visitation, à quelques pas de la Maison de Radio-Canada. C'est dans cette église qu'eurent lieu les funérailles de Louis Cyr, le jeudi, 14 novembre 1912.

  • Le 3424 rue Durocher, situé entre les rues Aylmer et Hutchison. Cette rue court, direction nord, entre la rue Sherbrooke Ouest et l'avenue des Pins Ouest. Émiliana Cyr y avait son appartement, alors qu'elle fuyait la tyrannie et les violences de son mari, le docteur Zénon Maxime Aumont.

  • La statue de Louis Cyr. Elle est située à l'angle des rues de Courcelle et Saint-Jacques Ouest, dans le parc Sainte-Elizabeth-du-Portugal. On peut emprunter la rue Notre-Dame, direction ouest, tourner à droite sur la rue des Seigneurs, emprunter Workman à gauche jusqu'à la rue Vinet, reprendre Notre-Dame vers l'ouest, faire un détour sur la rue du Couvent (lieu de résidence d'Hector Decarie), de là, à gauche sur la rue St-Antoine, jusqu'au Parc Sainte-Elizabeth. Ou encore, reprendre Notre-Dame, toujours vers l'ouest, jusqu'à la rue de Courcelle, tourner à droite jusqu'à la statue réalisée par le sculpteur Robert Pelletier.

ÉTAPE 4

SAINT-JEAN-DE-MATHA, Québec, Canada

Louis Cyr y a vécu, par intermittence, entre 1882 et 1888, puis, de façon permanente, entre 1889 et 1912.

Cette municipalité, fondée en 1855, compte aujourd'hui quelques 3 500 habitants, et se situe au nord-ouest de Joliette, dans la région de Lanaudière.

  • Au coin de la rue Lessard et de la rue Sainte-Louise se trouve la statue de Louis Cyr, réalisée par le sculpteur Jules La Salle.

    En suivant la direction du regard de Louis Cyr, on peut voir la maison, située au 217 Sainte-Louise. Quoique méconnaissable, elle empruntait jadis au style architectural de la Nouvelle-Angleterre. En face, se trouvait la résidence de retraite de Louis Cyr. Elle fut détruite par un incendie en 1977.

  • Le musée Louis-Cyr est situé à l'arrière de l'édifice de l'Hôtel de Ville de Saint-Jean-de-Matha, situé sur la rue Sainte-Louise, à quelques pas de la statue.

  • L'église de Saint-Jean-de-Matha, située en face du monument Cyr, est le point culminant de la municipalité. Elle date de 1884. Les cérémonies funéraires de Mélina, épouse de Louis Cyr, de Émiliana, enfant unique des Cyr, et de Valmore Aumont, deuxième petit-fils de Louis Cyr, furent tenues dans ce temple.

  • Le couvent de Saint-Jean-de-Matha, dirigé par les Sœurs des Saints Noms de Jésus et de Marie, est l'édifice au toit bleu qui jouxte l'église. Émiliana Cyr a fréquenté ce couvent de 1898 à 1905. L'endroit est aujourd'hui une résidence pour les aînés.

  • Le cimetière où se trouve le monument funéraire de Louis Cyr est situé à l'extrémité ouest de la rue Sainte-Louise, à environ un kilomètre de l'église.

  • L'emplacement de la ferme de Louis Cyr est situé à l'angle es rangs St-Pierre (route 337 en direction de Ste-Béatrix) et de la Rivière-Blanche, à environ 5 kilomètres de l'église, direction ouest. Acquise de son beau-père, Evariste Comtois, le 6 juin 1890, la ferme fut vendue par Louis Cyr à Jean-Baptiste Bazinet en 1903. L'endroit fut détruit par un incendie en 1979.